La Fête de Sainte Anne - La Turballe - 2007


 


53 ans
de la
Fête de Sainte-Anne
à La Turballe

Samedi 28 juillet 2007

 

La Barque de sainte Anne

  - - - - - ------- - - - - - - - - - ------- - - - -

La fête de Sainte Anne, organisée par la paroisse Sainte-Anne du Pays Blanc, a débuté à 16 h 30, à la stèle des péris en mer par le dépôt de gerbes, par Monsieur René Leroux, Maire de la commune et Conseiller Général, et par Madame Dominique Lebrun, Présidente du Comité Local des Pêches, devant une assistance nombreuse où l'on remarquait le Père Robert Gaborit, secrétaire national de la mission de la mer, les membres du conseil municipal, le Père Victor Brosseaud, curé de la Paroisse, l'adjudant-chef commandant le poste provisoire de La Turballe, le Directeur de la criée, la Société de Sauvetage en Mer avec son Président, monsieur François Bertho.

Les Sonneurs de La Turballe jouèrent deux morceaux.

les fidèles rassemblés pour honnorer sainte Anne , patronne de La Turballe

---- ---- ---- ----

Puis ce fut la messe concélébrée par sept prêtres; le curé de la Paroisse, Vitor Brosseaud, les Pères Alain Chevrel, prêtre coopérateur, Edouard Elain et François Chantebel, 2 prêtres africains Bupé et Gustave, un diacre Thierry Dupuis, et le Père Robert Gaborit, secrétaire national de la mission qui prononça l'homélie.

Les cantiques étaient interprétés par les "Choralines-Korholen" accompagnés par les sonneurs de La Turballe.

On pouvait estimer l'assistance à 700 personnes environ.

La messe se terminait par le cantique traditionnel "La Turballe à Sainte-Anne".

C'était alors la sortie en mer. Le bateau amiral était "Inis Gwenva" (île de lumière) patron Christophe Le Clainche accompagné de 15 bateaux.

La couronne, bénie durant la messe, était mise à l'eau dans un grand silence par Jean-Pierre Jarno, Président de la caisse des secours, monsieur la Maire et la Présidente de Comité des Pêches.

La sécurité était assurée par la vedette de sauvetage de La Turballe et par des zodiacs de la Société de Sauvetage en Mer.

Puis ce fut le retour au port, pour le verre de l'amitié, offert par le Comité Local des pêches.

Jean Lecoq

 

depot de gerbe en mer par les bateaux de La Turballe

  

 

Homélie du Père Robert GABORIT
Secrétaire national de la Mer


La fête de Saint-Anne est marquée pour moi par un souvenir maritime:
lorsque jeune encore, j'embarquais à bord des thoniers vendéens, la flotille française s'aventurait trés loin à cette époque ...et voila que vers les Açores, le 26 juillet, les bateaux bretons hissaient le grand pavois, les plus jeunes de nos équipages vendéens s'étonnaient mais les plus anciens savaient et expliquaient "aujourd'hui, c'est la Sainte-Anne, c'est la fêtes des bretons !" Manifestement, cette fête religieuse est également un évènement culturel et profondément maritime, c'est la raison pour laquelle nous nous retrouvons ce soir sur le port de La Turballe... au 15 août à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, mon port d'attache à moi, nous célébrons Marie sur le port, Marie "Étoile de la mer" proche des marins.
Anne et Marie; la mère et la fille, l'entourage féminin de Jésus enfant.

Mais, cette année, la Fête de Sainte-Anne à La Turballe et la Fête du 15 août à Saint-Gilles ont un goût amer.
Dans nos deux ports, nous venons de traverser une période de crise et de manifestations. je pense que ce n'est pas de gaité de coeur que les hommes sont sortis de leur réserve. l'enjeu est énorme pour nos deux cités : la fermeture de la pêche à l'anchois pour une année encore ! Il s'en suit la mise en difficulté des plus grosses unités de pêche avec les conséquences économiques et sociales que nous connaissons. Il s'en suit également un sentiment de désespoir : même si on leur propose de l'argent pour patienter, les marins veulent vivre d'abord du fruit de leur travail.

homélie du Père Robert Gaborit à la Fête de sainte Anne

Cet état de crise nous inspire plusieurs éléments de réflexions:

- D'abord, donnons une image positive du marin-pêcheur. L'un d'eux me disait sur le quai de Croix de Vie : "En un rien de temps, nous avons perdu notre image de marque et nous sommes devenus des prédateurs aux yeux de l'opinion". redonnons leur lettre de noblesse à ces hommes qui pratiquent un métier difficile et dangereux. Il faut du courage pour affrontrer la mer ... et en hiver, beaucoup plus qu'en été.
Nous avaons besoin de leur production qui les fait vivre.

- Ensuite, je voudrais parler de solidarité. A la limite, c'est un mot qui apparaît désuet. Il n'a plus de succès et pourtant, je voudrais dire aux marins-pêcheurs eux-mêmes que leur avenir dépend de la solidarité qu'ils doivent avoir entre eux d'abord : les techniques de pêche, engins tractés ou dormants, chaluts pélagiques ou de fond ont fait que les marins sont devenus concurrents sur les lieux de pêche...
Les pélagiques ont des problèmes: ce n'est pas mon affaire ! cette attitude fera que les "métiers" auront des difficultés les uns après les autres ... Et par dessus tout, marins-pêcheurs, il vous faut des organismes maritimes forts, fédérateurs sachant faire des propositions acceptables à Bruxelles et ailleurs.

- Troisièmement, changeons nos mentalités : et là je ne m'adresse pas aux marins-pêcheurs, mais à tous; la mer n'est pas inépuisable, pêcheurs professionnels, pêcheurs plaisanciers, pêcheurs à pied, utilisateurs de la mer pour les loisirs, respectons la vie de la mer.

La semaine dernière, j'ai célébré la sépulture d'un patron-pêcheur de Noirmoutier, suite à un accident de plongée. Ce patron-pêcheur, mon ami avait appelé son bateau "L'Optimiste". Optimiste, il l'était, mais pas n'importe comment. Il défendait une pêche sélective et s'ingéniait à mettre sur le marché un produit de qualité. Il existe donc des chemins d'espérance.

Que Sainte-Anne nous aide tous à garder le moral et trouver ensemble de nouvelles raisons d'espérer à terre et en mer.

Amen

la messe de la fête de sainte Anne sur le port de la Turballe

La légende de Sainte ANNE

1
Un soir d'automne au Paradis
Doucement la vieille saint Anne
S'en fut trouver d'un air très crâne
Jesus qui resta tout surpris
De voir par une heure pareille
Sur route cheminer la vielle
Un soir d'automne au Paradis.

2
En l'embrassant de tout son coeur
Jesus lui dit : c'est toi grand-mère
Et l'aïeule au regard sévère
Qui semblait de mauvaise humeur
Fut troublée et ne su que dire
De voir Jesus sourire
En l'embrassant de tout son coeur.

3
Que veux-tu donc bonne Maman ?
Pourquoi prends-tu cet air si grave,
Reconnais-tu quelque entrave
A ton bonheur ? Oui mon enfant
Réparti sainte Anne attendrie
C'est qu'au paradis je m'ennuie
que dis-tu là, bonne Maman

4
C'est vrai j'y ai trop de loisirs.
Il me faudrait un peu d'ouvrage.
Et bien souris moi car je gage
Que je vais combler tes désirs.
J'ai la Bretagne et te la donne
Si tu veux sois la patronne
Ainsi seront pris tes loisirs.

5
Et sainte Anne embrassa Jesus
Auray devint sa capitale.
Elle aima tant sa cathédrale
Son pays ses bretons têtus.
De son peuple fut tant aimée
Tant chérie et tant acclamée
Que jamais ne s'ennuya plus.

 Reçu de l'Abbé Jean Lordonné
vicaire à Trescalan
26 juillet 1949
Marsac

La couronne à la mémoire des péris en mer - -

 

 

 

  Sortie en mer à l'occasion de la Fête de sainte Anne à la Turballe

 

 

 

 

 

Copyright © ACAT (Association des Commerçants et Artisans Turballais) - La Turballe . Tous droits réservés

Ecusson de La Turballe en loire-atlantique