La Fête de Sainte Anne - La Turballe - 2001


29 juillet 2001

Fête de la Sainte-Anne à La Turballe :
le vibrant hommage aux "péris en mer "

 

Depuis 4 ans, c'est un rituel: un public nombreux répond à l'invitation de la paroisse et assiste à la messe dédiée à Sainte-Anne, patronne des marins-pêcheurs. Cette année, après les naufrages douloureux des "Îles du Ponant " et du "Beau Rivage " , la cérémonie était chargée d'une très vive émotion.

 La  fête de sainte anne à La Turballe

L'émotion et le recueillement,car la région a douloureusement été "malmenée " par la mer cette année. La minute de silence, observée par un cortège Imposant, lors du dépôt d'une gerbe de fleurs sur le monument à la mémoire des péris en mer, a vu bien des yeux s'embuer.

 

Les Turballais ne sont pas prêts d'oublier les drames de cet hiver. L'angoissante attente lors de la tempête qui ne permettait pas de savoir s'il y avait des survivants sur " Les îles du Ponant ". Verdict : un seul survivant et quatre disparus dont seulement deux corps ont été retrouvés... Très dur ! Très dur aussi pour Paul qui ne peut pas oublier ses copains, ceux avec lesquels Il aurait pu se trouver sur " Les îles du Ponant ".
Alors oui, cette réunion de tous les marins, de tous les pêcheurs unis par le souvenir de ceux qui ne sont plus, a créé un moment d'une authenticité bouleversante.

 

Cinq prêtres pour dire la messe.

Habillés de blanc, cinq prêtres ont officié: le père Jacques André et le père Alain Chevel de La Turballe; le père François Chantebel, responsable du tourisme en Loire-Atlantique; le père Edouard Elain, prêtre en retraite, originaire de La Turballe; et Gérard Péréon, dlacre à Guérande.

la messe de la fête de sainte Anne à La Turballe

La messe était accompagnée des cuivres de la fanfare du groupe tur- ballals " Notes marines ". Dans son homélie, Gérard Péréon a rappelé l'évanglie, évoqué le sens de la prière, clé de la vie chrétienne, et " moyen de communication " pour s'adresser à " quelque chose de plus grand que soi mais d'infiniment proche "

Souvenir(s) ému(s)

Le père François Chantebel était particulièrement heureux d'être là. Il connaît La Turballe depuis 1946. Lui se souvient des pèlerinages de bateaux qui parlaient alors de La Turballe jusqu'au port de Saint-Coustan à Auray. Les fidèles laissaient le bateau pour se rendre à pied à Sainte-Anne d'Auray. C'est en 1948 qu'a eu lieu le dernier pèlerinage à Sainte-Anne par bateaux de pêche. Lesquels ont subi au retour une forte tempête...

 

En 1954 s'est déroulée la première messe en plein air, sur le port, sur un bateau accosté cale rnarino, François Chantebel se remémore un beau souvenir : l'une de ses premières messes qu'il a dite ici sur le port en 1958, l'année où il a été ordonné prêtre. Elle a eu lieu sur le vieux port, alors qu'il n'y avait pas de port en eau profonde, sur un bateau venu à marée haute, sur lequel on avait dressé un autel. " On chantait le même cantique et la statue de Sainte Anne était portée par des hommes, en procession depuis l'église. La messe s'est ensuite déplacée sur la criée mais finalement, souffrant de beaucoup trop de bruits, elle s'est réfugiée en 1970 dans l'église Sainte-Anne. "

Depuis l'église a évolué, reconnaît-il, mais " si la foi ce n'est que du folklore ce n'est pas intéressant, cela doit être une vraie recherche de sens dans la vie. À La Turballe la messe était très proche de la réalité de la mer ! "

 

Une trentaine de bateaux en mer

Les bateaux de pêche ont finalement embarqué équipages, familles et amis pour aller déposer en mer une couronne de fleurs, geste rituel qui se fait depuis la nuit des temps dans tous les ports, en hommage aux marins disparus. Du bateau amiral, le député-rnaire René Leroux, Jean Marc Rio, président du Comité local des pêches, le père Jacques André et Jean Pierre Jarno, président de la caisse de secours, ont, d'un geste, lancé la traditionnelle couronne de fleurs à la mer.

Sortie en mer à l'occasion de la fête de sainte Anne à La Turballe

Il y avait une trentaine de bateaux, dont une moitié de chalutiers. L'instant était saisissant. Tandis que les cornes de brumes retentissaient, les coeurs se sont serrés, les yeux se sont embués et le temps s'est suspendu pendant que les bateaux ont entouré la couronne de fleurs, ballottée au gré des flots.

Michèle Herry

 La gerbe pour les peris en mer lors de la Fête de sainte Anne

  


 

Copyright © ACAT (Association des Commerçants et Artisans Turballais) - La Turballe . Tous droits réservés

Ecusson de La Turballe en loire-atlantique